•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonjour,

Lors des soins Rajeunir en conscience, j’inclus souvent un travail sur les télomères. L’autre jour, j’écoutais une vidéo de Dr. Joe Dispenza, que lui-même fait des recherches sur les télomères. Je suis allée sur son blog et je me suis permise de traduire son article de l’anglais en français pour vous. Je le trouve fort intéressant.

Bonne lecture

Anneliese

Voici son article :

Télomères : l’horloge biologique dans notre génétique

Nos corps sont composés d’environ 60 à 100 billions de cellules. Chaque cellule contient un noyau dans lequel se trouvent nos chromosomes. Les humains ont 23 paires de chromosomes et les chromosomes contiennent des informations génétiques à transmettre, appelées ADN. Tout au bout de ces chromosomes se trouvent de minuscules petits brins d’ADN appelés télomères appelées horloges biologiques enfouis dans notre constitution génétique que la science pensait auparavant avoir une existence finie.

Chaque fois qu’une cellule humaine se divise, elle fait une copie de son ADN. Le problème avec la division cellulaire est que la réplication de l’ADN n’est pas parfaite et qu’elle saute donc la fin de chaque chromosome. Les télomères à la fin de ces chromosomes servent alors de répétitions insignifiantes d’ADN que nous pouvons nous permettre de perdre.

Cela devient un problème, cependant, car à mesure que les cellules continuent à se diviser, nos télomères deviennent de plus en plus courts. Finalement, ils deviennent totalement dépouillés, au point qu’ils perdent leur capacité à se diviser. Bien que la science ne sache pas à cent pour cent comment la réduction des télomères affecte le vieillissement, il est clair que cela fait naturellement partie du processus de vieillissement.

Ce processus d’allongement et de raccourcissement des télomères, comme tout le reste dans cette réalité spatio-temporelle dans laquelle nous vivons, prend du temps. Par exemple, il faut du temps pour guérir, il faut du temps pour gagner de l’argent, il faut du temps pour trouver une relation et il faut du temps pour changer. C’est parce que nous respectons les règles de la physique newtonienne.

Mais ce que nous constatons dans notre travail, c’est que les guérisons et autres manifestations se produisent en moins de temps. Si quelque chose qui devrait prendre un certain temps se produit plus rapidement – ou même instantanément – cela signifie que le temps s’écoule. Si tel est le cas, alors nous avons affaire à à un phénomène quantique.

Récemment, j’ai eu une conversation avec un chercheur en génétique qui nous aide à mesurer les télomères lors de notre atelier avancé à Palm Springs en septembre. Nous avons discuté de la façon dont les télomères, comme les ongles ou les cheveux, mettent du temps à se développer, donc voir un changement significatif dans l’allongement des télomères prend généralement 60 à 90 jours. Il était d’avis que c’était la seule façon dont cela pouvait se produire. Je lui ai proposé une autre perspective et lui ai dit:

« C’est vrai si nous le regardons à travers la fenêtre de la physique newtonienne – par des substances chimiques changeant des substances chimiques ou par la matière changeant la matière. Ce processus se produit dans notre réalité tridimensionnelle – dans l’espace-temps – parce que tout prend du temps dans ce domaine. Mais que se passe-t-il s’il s’agit d’un phénomène quantique et qu’il se produit à partir d’un espace d’énergie – un endroit au-delà de l’espace et du temps ?  »

En d’autres termes, si cela arrive en peu de temps, alors le processus n’est plus newtonien ; il est désormais quantique. Je lui ai parlé de nombreuses personnes dans nos ateliers qui ont eu des guérisons spontanées pendant l’atelier, c’est-à-dire une fois qu’elles sont revenues à leurs sens – après la méditation – lorsqu’elles ont ouvert les yeux, soudainement leur eczéma avait disparu, leur audition était revenue, leurs blessures et lésions avaient guéri, ou la douleur dans le dos n’était plus présente.

Je lui ai dit que cela devait être un phénomène quantique et j’ai émis l’hypothèse que si ces étudiants se connectaient à la totalité et à l’énergie unificatrice du champ unifié, alors nous devrions être capables de voir certains changements dans la longueur des télomères. Si le processus se produisait instantanément, disons en un week-end, alors nos étudiants ne seraient pas à la merci d’un processus linéaire dans le temps. Ce serait un processus quantique, qui est une manière d’expliquer la rémission spontanée.

En février de cette année, lorsque nous avons mesuré 7500 régulations génétiques lors de notre atelier avancé à Tampa, en Floride, l’équipe scientifique avec laquelle nous nous sommes associés avait le même avis. Ils pensaient que la capacité de réguler de nouveaux gènes prendrait des mois à être observée. Cependant, en quatre jours, 30 étudiants ont régulé à la hausse 8 gènes qui sont intimement liés à la santé et à la guérison. Quel moment passionnant pour découvrir à quel point les êtres humains sont puissants.

Nous étudions actuellement les télomères dans nos ateliers et continuerons de le faire au cours de l’année prochaine. Si nous constatons que les télomères s’allongent effectivement en plusieurs jours, c’est juste une preuve de plus que les gens se connectent à l’énergie du champ unifié. En d’autres termes, cela signifierait que l’intervention qui cause le changement dans les télomères ne vient pas de la matière, car cela demanderait du temps – donc si cela n’est pas de la matière, c’est donc de l’énergie. Et puisque l’énergie est ce qui régit la matière, il est logique que notre corps réagisse à un nouvel esprit.

Quand tu changes ton énergie, tu changes ta vie.

Blog de Dr Joe Dispenza
https://blog.drjoedispenza.com/blog/science/telomeres-the-biological-clock-in-our-genetics